Bâtiment et travaux publics

a) Le potentiel

La RDC est en pleine reconstruction avec un taux de croissance de 7% en moyenne de 2003 à 2008. On note une avancée dans la construction d’infrastructures routières mais presque tout est à reconstruire : infrastructures de communication (routes, chemins de fer, ports, aéroports, ponts, voies fluviales), infrastructures énergétiques et de production d’eau, hôpitaux, écoles, hôtels et logement sociaux.

La construction et les infrastructures figurent en première priorité du gouvernement. De nombreux travaux sont financés par les bailleurs de fonds (Banque Mondiale, Banque Africaine de développement, Union européenne et Coopérations bilatérales).

Il existe une grande pénurie de matériaux de construction au Congo surtout pour ce qui concerne le ciment. La demande annuelle de ciment est estimée à 3,5 millions de tonnes. Or la production des 4 cimenteries qui produisent encore actuellement au Congo est de 500 milles tonnes environs.

De nombreux projets de construction d’hôtels et de centres d’affaires sont prévus notamment dans le cadre du sommet de la francophonie en 2012.

La RDC connaît une forte demande dans le secteur des grands travaux. Cette dynamique fait suite à la politique nationale de reconstruction des infrastructures de base. Un nouveau Code de marchés publics régit la passation des marchés publics afin de garantir des procédures objectives vis-à-vis des soumissionnaires.

b) Les sous-secteurs qui offrent un potentiel intéressant sont:

  • Les bureaux d’études et d’architectes : normalisation, contrôle de travaux, établissement des cahiers de charges, construction de ponts, d’ouvrage d’art, de murs de quai, de tunnel, de construction de maisons ou d’immeubles en hauteur;
  • Les sociétés de gestion immobilière de sécurité du bâtiment et de domotique ;
  • Les matériaux de construction et notamment l’utilisation des matériaux de construction locaux dans la construction : briqueterie, maisons en terre, maisons en bois ;
  • Les carrières : concassés et granulats, agrégats (chaux), sables, équipements pour les carrières, équipements de génie civil ;
  • L’automation notamment pour la gestion des cimenteries,
  • La formation dans les métiers de la construction : maçons, plombiers, carreleurs, menuisiers;
  • L’industrie du verre.
  • Sociétés de location-vente de matériel de génie civil.