L'agriculture

a) Le potentiel
La République Démocratique du Congo possède un potentiel agronomique exceptionnel et une superficie de terres agricoles inégalée en Afrique, qui lui permettrait, sur base d’une agriculture intensive, de nourrir 2 milliards de personnes. Au lieu de cela, à peine 10% des superficies agricoles sont mises en valeur et les rendements à l’hectare s’apparentent à ceux des pays du Sahel, même si les données climatiques sont partout dans le pays favorables à l’agriculture.

De ce fait, le secteur agro-alimentaire en RDC représente une opportunité d'investissement très importante et probablement stable sur le moyen et le long terme, vu l'ampleur du marché et la croissance rapide des besoins.
De plus, un nouveau code agricole attendu dans les prochains mois devrait faciliter le climat des affaires de ce secteur notamment en matière de droit foncier et de biocarburant.

Le secteur de l’agriculture est plus d’actualité que jamais dans un contexte de crise alimentaire mondiale qui n’est pas prêt de s’arrêter avant 2020. Le graphique ci-dessous montre que potentiellement la République Démocratique du Congo est le deuxième pays au monde après le Brésil en termes de superficie de terres cultivables.

b) Les sous-secteurs qui offrent un potentiel intéressant sont :

  • Les équipements et matériels agricoles, unités de transformation de fruits, laiterie et produits laitiers, unités de brasserie adaptées au pays en développement, emballages et conditionnement,
  • Filière viande : produits vétérinaires, génétique animale, transformation de la viande (boucherie, charcuterie) ;
  • Filière poisson : le potentiel halieutique de la RDC est de 700.000 tonnes alors que seulement 100.000 tonnes de poissons sont exploitées aujourd’hui;
  • Filière végétale (culture vivrière et culture pérenne) : filière maïs, riz, manioc (le manioc est potentiellement la première agro-industrie), banane (plantain et banane dessert), pomme de terre, fruits et légumes, culture maraîchères, café (le café représentait 200 millions de dollars de recettes à l’export), cacao (le cacao marchand à l’export pourrait représenter 200.000 T/an dans 10 ans).
  • Les biocarburants sont une filière de l’avenir.